© 2015 Compagnie Théâtrale Müh - Asso Avis Aux Intéressés | 50, quai de France, Grenoble

Les trois années de cours avec Stéphane m'ont permis de découvrir l'univers du théâtre et du jeu de l'acteur. En alternant les exercices, les mises en situations, les anecdotes, les conseils et les plaisanteries, Stéphane sait transmettre la passion de ce qu'il aime autant qu'il maîtrise : le théâtre. L'enseignement de l'atelier de l'acteur est précis, exigeant, dans le bon sens du terme, et complet. Et tout cela en restant parfaitement abordable pour le novice que j'étais en débutant cette aventure.
Car oui c'est une aventure, où le principe de base est d'être soi-même tout en essayant de disparaître derrière des personnages, des masques, des textes et où surtout l'essentiel est de s'amuser. Stéphane aime à le répéter : "Déconnez ! "... Et c'est avant tout ce qu'il faut faire pour rendre cette expérience enrichissante et inoubliable.
Patrice 2012/2015

 

 

J’ai participé à l’atelier de l’acteur l’année dernière pour Fuir. Autant vous le dire tout de suite, je me suis régalée. L’enseignement de Stéphane, c’est du direct, dans une ambiance à la fois concentrée et détendue. Du direct et du précis. 

Stéphane informe le comédien de la moindre faute de jeu. Impitoyable certes et surtout extrêmement aidant et formateur. Son implication, son humour décapant et sa gentillesse tendre font de lui un metteur en scène très sympathique et efficace. Aux cours de Stéphane, courez-y courez-y ! Vous y trouverez une formation solide et vous y aimerez le théâtre, passionnément.

Laurène

 

 

J’ai suivi les 2 ans de (dé)formation avec Stéphane avant de monter sur les planches pour la première fois il y a quelques mois dans une pièce qu’il a écrite et mise en scène. Ça a été une expérience vraiment grisante même si ça n’a pas été un long fleuve tranquille.

J’ai particulièrement apprécié l’approche qu’il a du théâtre. Dans ses cours et sa mise en scène, il ne cherche pas à faire plaisir ou à créer des artifices qui n’ont pas de sens. Il explore ce qui est drôle, dramatique et intéressant dans la vie, en se basant sur son vécu, sur ce qu’il voit et en faisant marcher son imagination.

J’ai trouvé la progression des 2 ans de formation très intéressante avec un apprentissage dans un premier temps des bases du jeu et ensuite un travail qui va de plus en plus vers la finesse et les différents genres. 

Ce que j'ai aimé c'est que  on commence à jouer et à s’amuser dès les premiers cours. Il y a aussi une dynamique de groupe qui se créé et qui est forcément différente à chaque fois en fonction des personnalités.

Vincent  3ème année 

 
DE L'HUMAIN DANS LE THÉÂTRE

 

Le cour de théâtre de Stéphane Müh c'est un cours de théâtre, un vrai, pas une activité loisir et détente pour qui n'aurait pas eu de place au club macramé et peinture sur soie et ce n'est pas non plus un temple dédié au théââAââtre où l'on s'écoute jouer avec cet air inspiré d'un échappé de festival à la mode. Non! chez Müh on travaille sérieusement mais sans se prendre au sérieux. On reçoit un enseignement et pas un formatage, on s'apprivoise, on découvre son propre rapport au jeu et on réinvesti son corps, sa justesse, sans laquelle rien ne peut-être bon. Regarder, écouter, être là, déjouer les pièges du "théâtral". 

D'autre avant moi on très bien décrit de quoi il retourne et il me faut faire court. Alors allons à l'essentiel.

Les cours de théâtre de Stéphane Müh, c'est d'abord Stéphane Müh, et le bonhomme est un passeur formidable. Pour ne pas froisser sa pudeur, je ne dirais pas que malgré des efforts, louables ma fois, qu'il mets à donner à croire le contraire - Aaah les rodomontades et les râleries  Müesques - l'homme (dont l'œil frise) est d'un humour ravageur et d'une extrême bienveillance.

De l'Attention, voilà le mot ! Les Cours de Stéphane Müh sont des moments d'Attention ou rien de ce que qui est humain ne saurait être étranger. Et le jeu, et la vie s'en nourrissent d'autant.

Isabel  2013/2015

 

 
TRANSMISSION
 

Stéphane a la transmission dans le sang. Dès 20h01, alors que son atelier commence à 20h, il piaffe d’impatience, s’inquiète d’éventuelles absences, pressé de commencer ; et, à 22h50, il découvre avec stupeur qu’il ne lui reste plus que dix minutes : il n’a pas vu le temps passer, il pensait avoir encore une heure devant lui.

Que transmet-il ? Avant tout sa passion du théâtre : le plaisir de jouer, dans tous les sens du terme, qui requiert deux solides appuis : un respect de son corps, bien enraciné au sol et positionné dans l’espace, librement animé par une respiration venue du plus profond du ventre ; et la simplicité de se faire le représentant de n’importe quel être humain, traversé, sans en être douloureusement affecté, par toutes les émotions possibles auxquelles personne n’échappe. Tout le reste en découle : l’attention aux partenaires ; la capacité à se laisser habiter par le texte, dans toutes ses nuances à entendre aussi bien dans la ponctuation et entre les lignes que dans les mots ; et, bien sûr, l’intelligence de situations qu’on a déjà vécues ou non, qu’on ne vivra peut-être jamais… Apprentissage du silence et de la voix, du geste et de l’intonation justes, de la présence… Il s’y confirme que le théâtre, c’est la vie ; tout le contraire du mensonge et du semblant.

Pendant trois heures, on se risque. La critique, sans complaisance, porte sur le personnage, jamais sur la personne. Tel le caméléon, perché sur sa branche, se rend invisible aux insectes qui passent à sa portée puis, d’un coup de langue prestement envoyé, se délecte de cette imprudente proie, tel Stéphane, assis sur son siège, guette la moindre insincérité de l’acteur en herbe. Il devient alors le personnage, changeant de caractère et d’aspect en moins de temps qu’il n’en faut pour cligner des yeux. On ne prépare pas de spectacle : on travaille sur les fondamentaux. Peu à peu, un groupe se soude, dans la confiance réciproque et la bonne humeur. Une formation sérieuse, solide et détendue.

Jacques, élève 2ème année 2011-2012

 

 
LE THEATRE DE LA VIE
 

"Le théâtre que nous propose Stéphane Müh, c’est celui du réel, du concret, de la vérité, de la vie. Je croise les jambes, je tourne la tête, je te regarde, je m’arrête, je reprends : je construis une trajectoire à travers l’espace, l’air autour de moi se modifie, se remplit de ce que je suis, moi. Je ne suis pas dans ma bulle, je ne passe pas à côté de toi sans te voir, tu ne passes pas à côté de moi sans me voir. Ce bras tendu là, regarde, c’est mon bras, c’est moi, qui ne te montre qu’un bras tendu, oui, mais vivant, plein, débordant, fort de toute sa présence N’est-ce pas qu’il est beau, mon bras tendu ? sincèrement tendu, justement tendu.

Quand en plus ce bras tendu l’a été soutenant la force d’un auteur, que le drame convoqué par l’auteur se réalise, alors toute la force du texte, subtile, se met à vivre, à remplir l’espace de la scène : il se passe quelque chose là, il se joue quelque chose. Quelque chose qui nous échappe, parce que ça ne se passe plus dans notre cerveau, non, c’est là en nous, dans notre corps et l’espace alentour. Un mouvement juste, c’est fort, c’est la réalité, dont la beauté nous touche. Alors je suis ce paysan en fuite, le poignard à la ceinture, traversant les plaines arides ; ou je suis cet homme jaloux, malade d’amour pour elle, attendant son retour ; ou je suis Achille, prêt à bondir (regarde mon casque étincelant !) ; ou je suis ce cadre sup, qui aimerait une, comment dire, une relation un peu plus, comment dire, un peu plus comme ci, heu non comme ça.

Bref, avec Stéphane Müh, la littérature sort des livres, rejoint ce monde, et vient nous dire ce que nous sommes - son but retrouvé -, sans mensonge ni contournement, ni "prise de tête", mais avec ce qu’il faut de sincérité et plaisir du jeu, et ça, ça fait du bien !"

Stéphan, élève redoublant exprès la deuxième année en 2010

 

 
MUH, LE THEATRE NU
 

"Stéphane Müh, acteur, créateur et metteur en scène, nous oblige à nous défaire des maniérismes, des habitudes, des tics de langage et de visage pour les remplacer par... rien du tout. Sous son regard acéré et ses remarques impitoyables, il nous incite à faire tomber le masque.

Faire tomber le masque social que nous avons construit pendant des années. Revêtir un autre masque, matériel celui-là, neutre, blanc, sans expression. Pour obliger le corps à s’exprimer de la manière juste, en amenant ce que l’on est, et non pas en "construisant" un personnage ou en "interprétant" un texte. Ne pas s’obliger à rectifier, à corriger, à adapter. Mais être là physiquement et mentalement. Arrêter de réfléchir à la manière de "bien faire". Et faire, tout simplement...

Et c’est dur d’être là, sur scène. De se sentir nu, sans artifice, de se donner aux spectateurs dans un naturel qui révèle plus de soi qu’on ne le voudrait. Et parce que c’est dur, ça m’est nécessaire."

Filipe Ferreira, élève de 2ème année en 2010

 

 

MERCI

 

"J'ai eu la chance d'être une élève de Stéphane en 1994/95. J'ai énormément appris avec lui. Maintenant, je suis prof d'Hist/géo en collège et je raconte souvent combien son enseignement m'a été utile. Lorsque j'ai des profs stagiaires malheureux, je leurs conseille de faire du théâtre pour se découvrir, apprendre à utiliser leur corps, leur voix. Lorsque les élèves me disent "Madame, vous racontez trop trop bien!" moi je pense" Merci Stéphane."

Céline Zartarian, élève en 1994/95